News and politics

CHINE – L´envers du miracle

CHINE – L´envers du miracle

A un an des Jeux olympiques de Pékin, I’empire du Milieu se prépare à
offrir son meilleur profil au reste du monde. Pourtant I’incroyable success
story économique dissimule une réalité beaucoup moins reluisante: pollution,
corruption, népotisme, tensions…
La croissance ne sera pas éternelle. La fuite en avant
non plus.

 

De notre envoyé special

A Pékin, le 11 de chaque mois marque la Journée de la queue. Aucun
propos grivois dans ce rendez-vous, conçu comme une leçon de civisme: les
habitants de la capitale chinoise sont invités, ce jour-là, à se mettre en file
indienne, tout simplement, avant de monter dans le bus. Le 11 n’a pas été
choisi par hasard, car les deux chiffres, placés côte à côte, sont supposés évoquer
deux personnes, l’une derrière l’autre.
«Faire la queue est civilisé, être poli est magnifique», proclament brochures et affiches de propagande. A
ceux qui ne seraient pas convaincus des patrouilles sont chargées
d’ enseigner
la douceur et le respect d’autrui.
Histoire de les motiver davantage,
sans doute, les usagers du bus sont désignés
«missionnaires de
la civilisation».

Tout cela rappelle les
manuels de savoir-vivre, dont raffolaient les nouveaux bourgeois dans 1’Europe
du
XlXe siècle. Et
ce n’est pas un hasard.
Car Pékin, la « nouvelle bourgeoise» du village
planétaire, attend du beau
monde. Des la
cérémonie d’ouverture des Jeux olympiques, le 8,août 2008, la Chine, longtemps repliée sur elle même, entend présenter son meilleur profil au reste de la planète, convié à
la fête devant son poste de télévision.
A l’approche de l’échéance,
dans cette nation où il ne saurait être question de perdre la face, il y a
quelque chose de touchant dans la fébrilité des préparatifs. Clairement visible
de l’un des boulevards périphériques de la capitale, le site sportif est déjà
bâti, avec son immense stade en forme de nid d’oiseau et, non loin, son complexe
nautique aux allures de glaçon translucide. Sauf incident imprévisible, les Jeux représenteront
une consécration pour le président Hu Jintao et pour le Parti communiste
lui-même, près de six décennies après la révolution de 1949.

Quel exploit! Parmi
les touristes qui se presseront dans la capitale, le long des avenues bordées
de restaurants et de cafés branchés, combien songeront aux malheureux,
soupçonnés de
«dérive
bourgeoise», exhibés dans ces mêmes lieux coiffés de bonnets d’âne, lors de la Révolution culturelle, il
y a un peu plus de quarante ans? Le souvenir des folies criminelles de Mao
Zedong, telles que le Grand Bond en avant, s’estompe peu à peu. Plus que
jamais, le PC semble solidement installé a la tête du pays. Mais pour combien
de temps encore? Et pour faire quoi?

Malgré la fascination béate
qu’exerce la Chine
– sur les hommes d’affaires, en particulier, qui rêvent d’investir le plus
grand marché du monde – certaines questions ne pourront pas rester longtemps
sans réponse. A quoi sert un Parti communiste, par exempIe, s’il encadre une
forme de capitalisme triomphant où le gouffre qui sépare les plus riches de
l’écrasante majorité des pauvres ne cesse de s’élargir? Quelle sera la
légitimité du Parti quand la croissance donnera des signes d’essouflement? Que
se passerait-il si les membres de la classe moyenne, principaux bénéficiaires des
réformes, venaient à perdre une part de leurs économies a l’occasion d’un krach
boursier ou de 1’explosion d’une bulle immobilière? Et le fameux «miracle économique chinois» peutil se renouveler, année après année, sans que les
dirigeants encouragent davantage la démocratie, la transparence et l’Etat de
droit? Ces interrogations ne sont pas purement académiques. Car 1 terrien sur 5
est chinois. A l’heure des flux économiques mondialisés, le destin de I’empire
du Milieu nous concerne tous.

Pour ceux qui 1’ignoreraient
encore, rappelons quelques chiffres. La Chine, en 2007, c’ est, au rang mondial, le
premier producteur agricole (48 % des legumes
!) ; le premier constructeur d’autoroutes, de voies ferrées,
de logements, de centrales électriques; le premier fabric ant d’ ordinateurs
portables et de televiseurs ; le premier producteur et le premier consommateur de
charbon et d’ acier.

C’est aussi le pays qui
produit plus de 8 tracteurs sur 10. Plus de 7 montres sur 10. Plus de 1
appareil photo sur 2 … Selon les dernières estimations, la production
industrielle chinoise devrait dépasser, dès 2013, celle des usines américaines.

En 1’espace d’une génération,
une économie centralisée de type léniniste est ainsi devenue la plus grande puissance
commerciale de la planète. Mais un tel mastodonte peut masquer des faiblesses
structurelles…

Les chiffres ne sont pas fiables

«Le Bureau national des statistiques emploie 60 000
personnes, souligne un résident de longue date. Mais les chiffres ont tendance à être enjolivés au fur et à mesure qu’ils remontent la hiérarchie. Car la
tendance naturelle de chaque fonctionnaire est d’ apparaître le plus performant
possible aux yeux de son supérieur. » Résultat: il existe un écart de 20
% entre le produit intérieur brut
indiqué par Pékin pour l’ensemble du pays et la moyenne des PIB signalés dans
les provinces! Les experts étrangers, dans les diverses agences des Nations
unies comme à la Banque
mondiale, sont
«invités» à
accepter, telles quelles, les données chinoises. Mais les informations les plus
élémentaires sont sujettes à caution, quand elles sont disponibles. Ambassadeur
des EtatsUnis à Pékin de 1999 à 200l, 1’amiral Joseph Prueher remarqua que le
gouvernement chinois ignorait le nombre exact des habitants, alors évalué entre
1,25 et 1,3 milliard. Afin de nourrir cette multitude, quelle est la surface des
terres arables? A la fin des années 1990, les estimations officielles evoquaient
95 millions d’hectares. A la même époque, cependant, des releves par satellite
revelaient 140 millions d’hectares …
«Il
faut toujours interpreter les chiffres, resume un specialiste financier, car
leur degré de fiabilité varie en fonction des secteurs. Les indices sociaux –
sur les salaires ou la durée du travail- sont les plus fantaisistes.
Manifestement, le régime s’en fiche! »

La Chine ne respecte pas le règles
du jeu

Les difficultés de Danone le prouvent. Depuis que le
géant français de l’agroalimentaire accuse le groupe Wahaha, son partenaire
china is, d’avoir créé des sociétés parallèles et de siphonner une part des
profits,

l’entreprise subit une contre-attaque juridique et un
harcèlement médiatique teinté de xénophobie. «L´ennui, explique un investisseur
français, c’est que les Chinois n’accordent guère d’importance à la
parole donnée ni aux engagements pris par contrat. Surtout, en cas de conflit,
il ne sert à rien de traîner votre partenaire devant les tribunaux, puisque l’
affaire sera sans doute jugée dans la région d’ origine de ce dernier, par un
magistrat avec lequel il aura souvent des liens de parenté … » L´impunité
atteint un sommet avec les barons du Parti: seuls 20
% des communistes condamnés en 2005 pour corruption
auraient ete sanctionnés.

Les contrefaçons et les copies sont
endémiques

Selon un récent rapport de la Commission europeenne,
86
% des marchandises piratees et
contrefaites saisies 1’annee derniere dans les pays de l’Union européenne
etaient d’origine chinoise. En 2006, les fonctionnaires des douanes ant
intercepté plus de 250 millions d’articles, contre 75 millions l’.année
précédente. La plupart sont des médicaments, des cigarettes, ainsi que «des
produits susceptibles de nuire gravement a la santé des corisommateurs».
Dernier exemple en date: le géant américain du jouet Fisher-Price a annoncé, le
2 août, le rappel de 967 000 articles made in China soupçonnés de contenir des
produits toxiques.

Le phénomène de la contrefaçon
a pris une telle ampleur que certains s’interrogent sur les capacités
d’innovation du pays. «Sur le papier, explique un chercheur en sciences
fondamentales, la Chine
investit des sommes importantes dans la recherche et le développement. Sur le
terrain, toutefois, les universités produisent davantage de têtes bien pleines
que de têtes bien faites. La fraude et le plagiat, sans oublier la corruption,
sont des gangrènes solidement installées. Les meilleurs étudiants partent
au-delà des frontières; dans les facs américaines, en particulier, ils font
l’apprentissage d’une certaine éthique. A leur retour, cependant, les vieilles
habitudes reprennent souvent le dessus. »

Dans son livre destiné aux
investisseurs étrangers, Kham Vorapheth, directeur d’un cabinet de conseil,
indique les précautions à prendre afin d’éviter le pillage des données: «Disperser
les pièces à fabriquer [… ] Attention à ne pas trop stocker ou donner trop
d’informations sensibles sur les réseaux internes de l’entreprise [… ] Les bureaux
sont régulièrement visités la nuit par la Sécurité publique [police], grâce aux équipes de
surveillance des immeubles qui leur en facilitent l’accès.» (1)

La pollution met la croissance en
péril

La
Chine
devance désormais les Etats Unis comme premier émetteur de CO2 de la planète. Pluies aeides, déforestation, rejet des gaz à
effet de serre, rivières transformées en cloaques, air irrespirable dans les
grandes villes: la dégradation de l’environnement setait chaque année la cause
de 750 000 décès prématurés, selon les estimations de la Banque mondiale, et
amputerait la Chine
de 8
% à 10 % de son produit intérieur brut. L´écologie est un dossier
prioritaire pour Pékin. Le jour où le Comité olympique est venu examiner la
candidature de la capitale chinoise, le gouvernement a fait fermer les usines
et interdit aux fonctionnaires d’utiliser leur voiture pour la journée. Aujourd’hui, à l´approche des JO, de nombreuses centrales à charbon, ainsi que la
gigantesque Aciérie n° 1 sont en voie de fermeture. Mais, comme dans le même
temps, plus de 1 000 nouvelles voitures rejoignent, chaque jour, les rues de la
ville, les efforts realisés ont été vains.

L´eau coule en quantité insuffisante dans les grandes plaines du Nord, et les projets d’irrigation sont
d’ores et déjà dépassés. Dans 3 rivières sur 4, l’eau serait tellement
polluée qu’il serait impossible de la rendre potable. Or les ressources en eau
pour chaque habitant sont déjà inférieures d’un quart à la moyenne mondiale.

Le gouvernement multiplie les
campagnes d’information sur ces sujets et un ministre de 1’Environnement devrait être nommé, à l’automne, lors du prochain congrès du Parti. Mais Pékin semble
incapable de faire appliquer ses cons ignes dans les regions. «Le centre
propose, dit-on, et les autorites provineiales disposent.» Dans les mines de
charbon, deux tiers des équipements de désulfurisation ne seraient pas en état
de marche. Bien souvent, aussi, les amendes infligées aux pollueurs sont d’un
montant trop peu eleve pour etre dissuasives. Dans ce domaine, comme dans tant
d’autres, l’impunité facilite tous les excès.

La société est en ébullition

De source officielle, quelque 75 000 manifestations
se produiraient chaque année à travers le pays. L´écrasante majorité se
déroulent loin des caméras de télévision, dans les campagnes, où vivent 2
Chinois sur 3. Ici, des paysans luttent contre la saisie de leurs terres.
Ailleurs, des mineurs font greve pour ameliorer les conditions de securite au
fond des puits. Des chômeurs défilent contre l’insuffisance des indemnités de
licenciement. Et les habitants des grandes villes protestent contre les
expropriations forcées vers la banlieue. «Les étrangers ont les yeux rivés sur
les chiffres de la croissance, souligne Wen Tiejun, doyen de la fa culte d’ économie agricole et de développement rural à 1’université Renmin (Pékin). Ils
admirent nos gratte-ciel et repartent avec des images de métropoles
ultramodemes dans la tête. Dans les campagnes, pourtant, où vivent toujours 700
millions de Chinois, il y a beaucoup de problèmes.»

Le Parti devient un «Rotary»

Ces divers facteurs sont-ils de nature à déstabiliser
le régime? Peu probable. Le président chinois, Hu Jintao, ainsi que le Premier
ministre, Wen Jiabao, cherchent à encourager la démocratisation à l’intérieur
du Parti. Mais pas au-delà. Et les membres de la classe moyenne semblent plutôt
heureux de leur sort. Il n’y a aucune division au sein des élites – trop
occupées à s´enrichir, sans doute, pour s’embarrasser de querelles
idéologiques. «Le Parti communiste est devenu une sorte de Rotary Club qui compte
72 millions de membres », résumait il y a peu Roderick MacFarquhar, professeur
a l’université Harvard.
« La
plupart ont adhéré au PC dans 1’espoir que cela aurait des effets positifs pour
leur carrière.»

Au régime totalitaire de Mao
Zedong a succédé un systeme autoritaire au sein duquella plupart des dirigeants
semblent engagés dans une course sans fin, obnubilés par les gains économiques à
court terme. Dans un pays qui a connu 26 dynasties depuis 4 millénaires, la
fuite en avant n’ aura qu’un temps. Si I’Etat-parti devait s’effondrer, le
monde tremblerait pour de bono.

MARC EPSTEIN, AVEC SEVERINE BARDON ET CHRISTINE KERDELLANT

L´EXPRESS 9/8/2007

Admirador da cultura chinesa, tenho me esforçado para desmistificar e diminuir as distâncias entre esses dois países promissores perante o atual cenário econômico mundial: Brasil e China. Estudo mandarim desde 1997. Autodidata, acredito que não existam atalhos para o conhecimento. Não obstante, o exercício da aprendizagem, em si, e a perseverança encurtam caminhos, aumentam a concentração e tornam o percurso como o de um passeio matinal ensolarado. Além de atuar como tradutor-intérprete, sou consultor e intermedio negócios na área de importação-exportação.

0 comentário em “CHINE – L´envers du miracle

Deixe uma resposta

%d blogueiros gostam disto: